Deuxième question

Post

Deuxième question:

“On voit peu de jeunes dans les églises le dimanche. Comment les intéresser à aller à la messe? Pourquoi n’y vont-ils pas? Qu’arrivera-t-il lorsqu’il n’y aura plus personnes à l’église?”

Réponse:

Ta question commence par une observation que je trouve très juste. C’est vrai qu’on voit peu de jeunes à l’église le dimanche et tu te demandes :Pourquoi? Tu suggères qu’il faudrait peut-être trouver des moyens pour rendre la messe plus intéressante. Bon! Jusque là, je te suis très bien. Mais, lorsque tu me demandes : « Qu’arrivera-til lorsqu’il n’y aura plus personne à l’Église? » Là, j’ai commencé à me gratter la tête et à me poser d’autres questions. En voici une :

 

A. Une Église sans Messe, est-ce pensable?Après y avoir bien réfléchi je dois t’avouer que ce serait très difficile voire impossible à imaginer. Ce serait comme dire à une personne qu’on aime : « Tu sais, je t’aime, mais, je ne veux plus en entendre parler!!! »La messe, c’est un ‘je t’aime’ de Jésus. C’est même le plus beau et le plus grand de tous ses : ‘je t’aime’. En effet, quand le prêtre dit :« Ceci est mon corps, ceci est mon sang », Jésus devient réellement présent dans le pain et dans le vin. Comment cela peut-il se faire? Je dois te dire qu’il y a quelque chose là dedans qui dépasse l’intelligence humaine. Cependant, tout le monde comprend que l’amour exige la présence de la personne aimée. Pensons à la tristesse qui se litsur les visages lorsque les soldats partent pour l’Afghanistan. Ceux qui restent derrière savent bien que la vie ne sera plus pareille. Même chose pour l’amitié. Comment pourrait-elle s’épanouir et durer si les amis ne se rencontrent pas et nepassent pas du temps ensemble? C’est en se faisant présents l’un à l’autre que les amis apprennent à se connaître, à se comprendre et à s’apprécier. Ils se nourrissent et s’enrichissent mutuellement. À la messe, à la parole du prêtre, Jésus se fait présent avec toute sa vie dans ce tout petit morceau de pain et ces quelques gouttes de vin. Nous sommes donc à la source même de sa vie.

Il y a aussi sa Parole. Tu l’as souvent remarqué :c’est par la parole qu’on exprime ses sentiments, ses joies, ses peines, ses inquiétudes, ses idées, son amitié, son amour. À la messe, on proclame toujours des paroles de la Bible. Chaque fois, c’est comme si Jésus nous révélait quelque chose de son amour pour nous, aujourd’hui. C’est toujours bon à entendre! C’est une autre source de vie. Donc, enlever la messe, ce serait comme couper notre source d’alimentation. Il va sans dire que c’est toute notre vie chrétienne qui en serait ébranlée.

B. Évidemment, – comme tu le disais dans ta question -, il se peut que tu trouves parfois la messe peu intéressante surtout si tu la compares aux spectacles que tu vois à la télévision et aux divertissements que tu vis avec tes amis. Mais, je me dis qu’on a aussi d’autres besoins beaucoup plus profonds dont celui de se retrouver dans un lieu où on parle d’autre chose que de ce qui flotte dans les airs de façon souvent superficielle. On a besoin d’ambiance, de symboles et de paroles qui rejoignent notre ‘intériorité’. On y découvre alors une paix et même une joie qui nous aident à aller plus loin malgré nos difficultés et nos misères.

Bien sûr, tout pourrait se vivre de façon plus intéressante pour les jeunes. Je l’admets. Mais, pour ce faire, il se peut que toi aussi comme jeune, tu doives passer à l’action, oser t’avancer plutôt que de te tenir à distance, suggérer des choses, offrir tes talents. Je suis sûr que les membres des comités de liturgie et les responsables des paroisses ne demanderaient pas mieux que les jeunes viennent eux-mêmes exprimer la vie qui les anime avec leur musique, leurs chants, leurs gestes et leur bonne humeur. Pourquoi ne pas t’offrir à faire quelque chose? Chanter? Lire? Animer dans ton style de jeune? Faire partie d’un comité de liturgie? Là où ça se fait – et je l’ai vu souvent – la messe prend un tout autre sens même si elle garde toujours son côté ‘mystérieux’. Qui n’aime pas fêter? Qui n’aime pas fêter l’amour? Or, la messe, c’est une célébration de l’amour de Dieu pour nous. Tu fais partie des gens à qui Jésus a dit et continue à dire : ‘je t’aime’. Fais savoir aux responsables de paroisses que tu veux ‘ta’ place pour pouvoir t’exprimer et fêter. Tu seras surpris des portes qui vont s’ouvrir.

C. Tu connais peut-être l’histoire de Thomas dans l’Évangile. (Jean, 20, 24-29). Il était absent le soir de Pâques lorsque Jésus est venu rencontrer ses disciples. Pourquoi? Je ne le sais pas. Je suppose qu’il avait autre chose à faire… Quand ses amis lui ont raconté qu’ils avaient vu le Seigneur, il a tout de suite réagi en disant : « Moi, je ne croirai pas tant que je n’aurai pas mis mes doigts dans ses plaies et mamain dans son côté». Or, le dimanche suivant, Thomas était là. C’est donc dire que, malgré ses doutes, ses questions et ses objections, il voulait rester fidèle à Jésus et continuer à faire partie du groupe des Apôtres. Autrement dit, il est demeuré ‘accroché’. Il sentait qu’il avait besoin de Jésus et des autres pour dépasser les moments difficiles qu’il vivait. Encore une fois, le Seigneur s’est manifesté aumilieu de ses disciples rassemblés. Ce fut un nouveau départ pour Thomas.

Le dimanche, Jésus continue toujours à se manifester. C’est pourquoi, dès les premiers temps de l’Église, on s’est mis à appeler le premier jour de la semaine (le dimanche), le :‘Jour du Seigneur. C’est le jour où les chrétiens et les chrétiennes revivent l’Événement de la mort et de la résurrection de Jésus. Son ‘je t’aime’ est tellement fort qu’il transforme nos vies et nous aide à marcher. Souvent, ça donne des ailes pour toute la semaine.

Je termine. Tu sais, quand on se sent aimé, on aime ça en entendre parler! On aime même le célébrer avec les autres. C’est ça que fait la Messe. À bientôt.

Ciao!

______________________

Paul Marchand, s.m.m.

Évêque de Timmins.