Comme soeurs et frères, communiquons 3ième étape: (mars avril 2007)

Post

 Lettre pastorale: 

Comme soeurs et frères, communiquons

 3ième étape: (mars avril 2007)

COMME SOEURS ET FRÈRES, COMMENT AMÉLIORER NOTRE

COMMUNICATION?

 

RÉFLEXION: Quand nous revenons de voyage, spontanément on nous demande: « As-tu fait un beau

voyage? » Si nous prenons un peu trop de temps à répondre, oupps, c’est signe qu’il y a eu des pépins

quelque part… Même si nous nous sommes rendus à destination, il y a tellement d’autres éléments qui

entrent en ligne de compte pour parler d’un ‘beau’ voyage! Il y a : l’accueil, le respect, la nourriture,

l’atmosphère et tout particulièrement les personnes avec qui nous avons voyagé.

 

Comme soeurs et frères,nous sommes en voyage, ‘en pèlerinage’, selon l’expression de Saint Pierre (1P.2, 11).

Alors, que faut-il pour qu’en bout de ligne, nous puissions dire que nous avons fait un ‘beau’ voyage,

un ‘beau’ pèlerinage? Je souligne trois éléments :

 

A. Nous considérer comme une ‘bénédiction’ les uns pour les autres. Quand on parle de

bénédiction, on pense d’abord à une prière qu’on adresse à Dieu pour lui demander de nous

manifester sa présence aimante. Mais, est-ce que Dieu ne nous manifeste pas déjà sa présence

aimante dans les personnes qui nous entourent? Stan Rougier écrit :« Ce n’est pas un hasard si je te

 rencontre. Nous sommes faits les uns par les autres, les uns pour les autres ». (L’avenir est à la tendresse, Salvador, 2005,

p. 70). Nous communiquerons avec d’autant plus de confiance que nous saurons découvrir en l’autre un don de Dieu.

Dans son ‘Livre des Constitutions’ pour sa communauté, Saint Benoît insiste pour que les plus jeunes soient

entendus et écoutés dans les assemblées communautaires et qu’on les considère comme membres à part entière.

Chacun est compétent à sa manière et ‘bénédiction’ pour l’ensemble. C’est dans cet esprit que nous

construirons des communautés chrétiennes toujours plus vivantes.

 

B. Par-dessus tout, qu’il y ait l’amour! Saint Paul dira : « N’ayez de dette envers personne sinon celle de vous aimer

les uns les autres » (Rom 13,8). On le sait, il y a toujours de l’espace pour mieux aimer. C’est pour cette raison qu’une

réflexion sur la communication demeure si importante et nous mène souvent plus loin qu’on ne le pensait au départ.

Elle nous interroge sur la qualité de l’amour que nous nous portons ‘comme soeurs et frères’ et nous fait découvrir les

lieux d’amélioration au quotidien.

 

C.Enfin, plus notre communication s’améliore, mieux nous travaillons. Or, comme soeurs et frères, nous avons un travail à

faire, une mission à accomplir. La qualité de la communication entre nous donnera toujours un élan nouveau dans nos

tâches quotidiennes et même le goût de mettre nos dons et nos charismes au service des autres. Nous voici au terme

de la démarche proposée par les membres du Conseil Diocésain de Pastorale pour l’année pastorale 2006-2007.

Merci pour votre participation. Nous attendons un résumé de vos réflexions d’ici le début du mois de mai.

 

† Paul Marchand, s.m.m.

Évêque de Timmins.

 

QUESTIONS

 

1. À la fin de notre parcours, nommer deux ou trois moyens qui, d’après vous, pourraient aider à améliorer la

communication dans notre paroisse?

 

2. Parmi ces moyens, lequel vous paraîtrait le plus urgent?

 

3. Quel(s) mot(s) utiliseriez-vous pour évaluer la démarche de l’année pastorale 2006-2007 sur le thème :

« Comme soeurs et frères, communiquons?